Michel Sardaby

Also known as M. Sardaby
This performer (group) in the Internet: http://www.spiritofjazz.fr/14.html, http://www.facebook.com/pages/Michel-Sardaby/97304293403, http://www.youtube.com/watch?v=vQ7gP-3MWJ0 (Extrait du concert de Michel Sardaby au Duc des Lombards, Paris, juillet 2009)

Discography of Michel Sardaby:

# Release title Total tracks Type of release is Imprint date Label
1 Gail 8 Audio 1990-07-25
2 In New York 6 Audio 1972 Disques Debs International
3 Gail 8 Audio 1975 Disques Debs
4 In New York 6 Audio 1987 Sound Hills Records
5 Night Blossom 8 Audio 1990 DIW Records
6 Con Alma 6 Audio 1990 Mantra
7 Gail 8 Audio 2005 Sound Hills Records
8 Night Blossom 8 Audio 1990 DIW Records
9 Night Cap 6 Audio 1970 Disques Debs International
10 Blue Sunset 6 Audio Disques Debs International
11 Going Places 8 Audio 1990 Mantra


(In english then in french)

Michel Sardaby was born in 1935 in Martinique. He learned to play the piano when he was 5 years old; in the brasserie of his father in Fort-de-France, where music was constantly played. At 10 years age, Michel is a noted prodigy, playing with the passion of with experienced musicians. He goes to Paris where he continues his studies of art at the Boulle School until obtaining his diploma in 1956, at which point he decides to devote himself exclusively to his career of being a professional jazz pianist. Throughout the 60s, he played piano with blues musicians like Sonny Boy Williamson and T-Bone Walker, at the same time beginning to release more jazz-focused solo albums

Michel has been active on the European scene, especially in Paris where he resides.

Michel Sardaby est né en 1935 à Fort-de-France (Martinique). Cette mémoire caribéenne couplée à son écoute du bebop et son vécu d’une richesse incroyable en ont fait un musicien particulièrement respecté, voire mythique au Japon où l’on s’arrache ses productions. Son parcours prend naissance dans les années cinquante quand il bénéficie, après ses études à l’Ecole Boulle en 1956, de la présence en France de musiciens exceptionnels et d’un tissu musical vivant avec de multiples clubs. C’est ainsi qu’il joue abondamment avec Dexter Gordon, T-Bone Walker, Sonny Criss, Kenny Clarke, Ben Webster, J.J. Johnson, Chet Baker, Art Taylor, Jimmy Gourley ainsi que les figures marquantes du jazz européen comme Guy Lafitte, René Thomas ou Pierre Michelot. Sa discographie, d’une qualité rare, retrace des rencontres de qualité, comme avec Monty Alexander (1984, Carribean Duet) ou Ron Carter (1984, Voyage).

Son format favori est le trio où il excelle par sa finesse avec le concours de sections rythmiques toujours remarquablement choisies comme Percy Heath et Connie Kay (1970, Night Cap), Richard Davis et Billy Hart (1974, Gail), Rufus Reid et Marvin Smitty Smith (1989, Going Places), Buster Williams et Ben Riley (1996, Plays Classics and Ballads) et évidemment Reggie Johnson et John Betsch (1997, Intense Moments). Il ne dédaigne pourtant pas le quintet qui lui valu de belles réussites avec Ralph Moore (ts) et le vétéran Louis Smith (tp), accompagné par les jeunes Peter Washington et Tony Reedus (1992, Straight On). Il a d’ailleurs récemment remis à l’honneur cette formation avec de jeunes new-yorkais, Robert Dickson (ts) et Derrick Garner (tp). Ses derniers albums (2006, Night in Paris) sont le reflet d’une personnalité dont l’art serein et maîtrisé constitue une leçon de musicalité. Entre Bud Powell et Tommy Flanagan, il est aujourd’hui à un sommet de maturité et de maîtrise de son art. Compositeur ultra-mélodique, soliste souvent émouvant, il ne cesse de relire son propre répertoire tout en revisitant les grandes œuvres de Duke Ellington ou Thelonious Monk et les standards qui sont le véhicule idéal pour son expression à la fois raffinée et ancrée dans le blues, énergique et construite.

L'actuel MICHEL SARDABY TRIO se situe dans la lignée des formations précédentes, doté d'une rythmique américaine de premier ordre, composée du contrebassiste Darryl Hall et du batteur Doug Sides. Michel Sardaby joue aussi fréquemment avec Wayne Dockery (b) et John Betsch (dm).


Comments about Michel Sardaby: